IBIZA

Ibiza, la plus grande des Pityuses (îles des Pins, nom que les Grecs donnèrent à Ibiza et Formentera) a beaucoup d’atouts. De nombreuses petites criques, des eaux claires, une terre rouge plantée de caroubiers, d’orangers, de citronniers, d’amandiers, de figuiers, le tout parsemé de belles fincas traditionnelles en pierres sèches, souvent aménagées en maisons d’hôtes.

Ce havre de volupté, déniché par les hippies dans les années 1960, a connu un développement exponentiel du tourisme de masse.

Cet afflux de vacanciers fêtards amène Ibiza à s’adapter. Ibiza voit ses infrastructures se multiplier, parfois jusqu’à l’excès : autoroutes, ronds-points, parkings payants gigantesques…
Force est de constater que ce qui fut à une époque un véritable laboratoire de la musique électro, techno.

Ibiza vit aussi sur d’autres rythmes et continue de plaire, avec ses petits chemins de randonnée, ses villages esseulés et ses criques paradisiaques, et toute sa partie nord nettement plus préservée. Car cette île de la Méditerranée présente un intérêt historique et culturel reconnu, puisque Carthaginois, Romains, Byzantins, Almoravides et Catalans s’y sont succédé et y ont laissé leur empreinte, bien avant l’arrivée du flower power et de la techno.

Source : Le Routard